Chers amis amateurs de jeux de rôle, soyez les bienvenus car nous voici embarqués dans un article totalement consacré aux RPG ! Vous trouverez ainsi notre petite sélection maison, listant ceux qui nous ont le plus marqué ces deux dernières années. Vos avis sont également les bienvenus, n’hésitez pas à partager votre expérience.

Final Fantasy XIII-2 (2012) – Playstation 3

La suite du très controversé FFXIII semble avoir tenu compte des reproches adressés à son prédécesseur. Malgré des quêtes inexistantes et un cruel manque de liberté, ce dernier avait su mettre en avant un gameplay très réactif, dynamique qui avait de l’énergie à revendre !
Mais FFXIII-2 était parvenu à cerner son objectif principal qu’il a finalement atteint : devenir un vrai jeu de rôle. Si le système de combat reste, à quelques nouveautés près, le même, cette suite est née sous le signe de l’exploration. Côté graphismes, Isamu Kamikokuryo, directeur artistique de FFXIII, avait repris son poste pour offrir de nouveaux environnements tout aussi beaux que dans l’ancien titre. Les milieux ne font plus office de simples décors, mais servent réellement à ouvrir les portes d’un univers intrigant.

The Elder Scrolls V : Skyrim (2011) – PC, Xbox 360, Playstation 3

C’est ce qu’on appelle un incontournable du RPG. Vous savez, quand vous commencez à faire le tour du monde et que vous avez complètement oublié de vous occuper de l’histoire ? Clairement, ça n’est pas dans tous les jeux de rôle qu’on peut autant se perdre dans un paysage, et ce sans compter les heures qui passent. Bien sûr, à éviter si l’on n’aime pas un minimum les univers Heroic fantasy, hein ? C’est ce genre de jeu qui a su créer des expressions geek, notamment avec le célèbre « Mais depuis que j’ai pris une flèche dans le genoux… ». Bref, rien à redire : Bethesda sait immerger les joueurs dans une vie virtuelle. On vous conseillera plutôt d’y jouer sur PC pour éviter les temps de chargement et autres lags agaçants.

Dark Souls (2011) – Playstation 3

Alors que le premier jeu avait fait frémir les plus faibles, la suite Dark Souls s’est avérée tout aussi dure. Et c’est ça qui est bon ! Le plus amusant se trouve certainement dans les mots laissés par les autres joueurs. Avertissement à ceux qui voudrait se mesurer aux énormes dragons : la patience réside dans la nature de certaines personnes, alors que le sang-froid s’acquiert. On prend un malin plaisir à créer son personnage (quoique moins que dans Skyrim), et à traîner dans un environnement médiéval charmant rempli de monstres qui vous attaque par surprise et…Retour à la case départ. Namco Bandai a ajouté à son catalogue un des rares jeux qui diffuse autant d’adrénaline à chaque recoin d’une map. La parano née non pas par effroi, mais par peur de devoir recommencer tout un niveau depuis le début.

Xenoblade Chronicles (2011) – Wii

Sorti au Japon en 2010, le jeu fait tellement parler de lui en bien que Nintendo songent grandement à le publier en France. C’est ainsi qu’il a débarqué dans nos bacs, et ce pour notre plus grand plaisir. Clairement, le jeu n’a rien innové dans le genre, c’est sûr. Mais avouez qu’avoir entre ses mains une arme qui vous donne les visions de vos chutes et coups potentiels s’avère original et plaisant ! Si la durée de vie de certains RPG reposent sur le simple fait de pouvoir recommencer le jeu, Xenoblade a plutôt mis le paquet sur la diversité de ses quêtes, ainsi que sur la difficulté de certains combats. La qualité des graphismes est honorable, car développer un jeu sur Wii est toujours un challenge graphique…Néanmoins, du côté scénario, on a vu mieux ! « Je suis la grande force maléfique qui menace l’équilibre de ce monde !« , ah, t’es là aussi dans ce jeu ? Bon…

Resonance of Fate (2010) – Xbox 360

C’est sans doute le jeu de rôle qui définie le mieux l’adjectif HARDCORE. Loin de Dark Souls, Resonance Of Fate a sa propre difficulté. À tous les gamers friands de RPG : si vous en avez ral le bol des RPG trop faciles, frottez-vous à celui-ci. Reste à voir quand vous craquerez…Même si le système de combat ne vaut pas celui de Final Fantasy XIII, vous serez heureux de pouvoir diriger votre personnage et d’utiliser des grenades et autres bricoles pour attaquer. On s’habitue vite au gameplay, du coup, on prend rapidement goût aux différentes stratégies à élaborer pour éliminer ses adversaires. Mais les IA sont assez rusées, ce qui plaira à tous ceux qui recherchent la difficulté dans un jeu, et déplaira aux autres. En revanche, pas de grandes étendues à parcourir. Pour se déplacer, le jeu propose des formes que l’on gagne grâce aux combats qui permettent de créer un chemin sur votre map. Une mécanique intéressante mais un peu triste quand on pense aux paysages qu’on loupe. L’ambiance graphique illustre parfaitement le contexte historique (futur lointain, post apocalyptique), ce qui permet une immersion totale dans le jeu. Un excellent cru SEGA 2010 avec quelques éléments qui rendent le titre quelque peu triste.

Fable 3 (2010) – Xbox 360

Peter Molyneux sait épater quand il se donne à cent pour cent. Dans Fable III, il a clairement montré que l’univers qui se trouve dans sa tête n’est pas complètement dévoilé. On a ainsi pu découvrir des inspirations graphiques reprenant des éléments de la première révolution industrielle à travers une superbe ville gavée d’usines crasseuses. Même si parfois sa créativité tournait à l’incongru (je pense à la séquence dans le désert), ce côté décalé s’avère parfois amusant, comme tomber sur un village de hippies. Côté gameplay, les séquences au pistolet étaient stylées. Et pour finir, le principe du jeu fasait plaisir à notre égo : rien de plus flatteur que de pouvoir contrôler un royaume en ayant le choix entre la tyrannie ou la démocratie (avouez qu’à peu de choses près, c’était ça !). Le système des actions malveillantes et bienfaisantes avait été revisité avec succès, et semblait plus équilibré. De quoi s’amuser à refaire le jeu d’une manière différente (mais pas autant que pour Heavy Rain, n’exagérons rien).

NIER (2010) – Playstation 3

« Yukalaaaa…Blablablaaa..« …Quoi ? Ne me dîtes pas que vous ne vous souvenez plus du thème envoûtant qui filait au rythme de vos pas dans l’immense plaine à côté de votre village ?! Bon, okay, je sors…J’ai compris : un livre qui parle, ça suscite plus d’intérêt…Plus sérieusement, on croît se frotter à une histoire gnan-gnan sans intérêt entre un père et sa fille malade. Et pourtant, la scénario était riche en rebonds surprises qui nous incitaient à nous déclarer « Super Papa ». Si le système de combat ressemblait plus à celui d’un jeu d’aventure, il était extrêmement bien pensé mêlant dynamisme et skills addictives. A tel point que lorsque vous les perdiez, vous vous sentiez impuissant. Concrètement, NIER peut rendre sceptique dans un premier temps. Mais il finit par étonner tant par son mélange des genres, que pour l’aventure touchante narrant une merveilleuse épopée. Ajoutez à cela un travail graphique raffiné, et des musiques qui s’incruste dans votre cerveau en moins de deux, vous obtenez une très belle réalisation hybride édité chez Square Enix. À découvrir d’urgence si vous aviez loupé le coche !

The Witcher 2 : Assassins Of Kings – PlayStation 3, Xbox 360, Mac et PC

En 2011, tout le monde n’avait d’yeux que pour Skyrim, mais la même année, The Witcher 2 a déboulé sur nos PC, pour nous donner une grosse claque. Avec son univers mature, son gameplay parfait, son histoire ultra ficelée et surtout ses choix qui changent le jeu du tout au tout, The Witcher 2 est une véritable leçon de RPG de la part des développeurs de CD Projekt. Reprenant le monde d’heroic fantasy désabusé de l’écrivain polonais Andrzej Sapkowski, The Witcher 2 vous met dans la peau de Geralt de Riv, un sorceleur (chasseur de monstres) charismatique empêtré dans un complot impliquant tous les puissants des royaumes du nord. Un véritable chef d’oeuvre que les consoleux ont pu apprécié en ce début d’année, the Witcher 2 est un jeu que les amateurs de RPG se DOIVENT d’avoir fait. Il est sans conteste l’un des meilleurs jeux de rôle crées ces dernières années.

Fallout New Vegas – PlayStation 3, Xbox 360, PC (2010)

Après un Fallout 3 en demi teinte, la saga est revenue en 2010 sous la houlette d’Obsidian pour un nouvel épisode. Exit Washington et son univers gris, bienvenue dans le désert de Mojave avec sa ville centrale : Las Vegas. Les fans ne s’y retrouveront toujours pas, le jeu n’ayant toujours pas renoué avec l’humour et la gravité des deux premiers volets, mais les autres apprécieront son écriture intelligente, ses quêtes variées et surtout son univers si particulier. New Vegas vous place dans la peau d’un coursier laissé pour mort, à vous ensuite de comprendre votre situation, ou tout simplement de flâner dans l’univers gigantesque, adaptant vos points de compétences selon votre système de jeu. A la manière d’un Deus Ex, New Vegas vous laissera le choix dans la manière de procéder. Allez vous vous faufiler dans ce casino tenus par des criminel, ou ferez vous le ménage à coups de fusils à pompe ? A vous de choisir. Fallout New Vegas n’est pas le meilleur RPG de la planète, loin de là, mais Obsidian a su avec brillo redresser la barre après un Fallout 3 que beaucoup ont trouvé décevant. Un jeu à faire.

Dragon Age Origin – PlayStation 3, Xbox 360, PC (2009)

Véritable claque de la fin 2009, Dragon Age Origin est un retour au source de Bioware en matière de RPG. Empruntant beaucoup à KoTOR et à Baldur’s Gate, le RPG est un véritable bijou malgré ses nombreux défauts, et a ravi nombres d’amateurs de RPG. L’histoire n’est pas très originale, vous devrez sauver le monde d’un grand méchant dirigeant son armée des ténèbres, mais c’est la façon dont elle est racontée qui fait son vrai génie. Avec six débuts de jeu différents, selon votre race et votre classe, chaque joueur vit une aventure unique en fonction de ses décisions et également de ses origines comptés dans les prologues. L’univers est quant à lui très accrocheur, flirtant avec la dark fantasy et déformant les clichés habituels des univers plus classiques. L’écriture des personnages est également remarquable (Comme tous les jeux Bioware), et l’on se retrouve rapidement attachés aux différents protagonistes. Dommage que l’addon du premier épisode et la suite, Dragon Age 2, ne soit pas à la hauteur de l’original. Bref, un grand RPG.

Mass Effect 3 – PlayStation 3, Xbox 360, PC, et Wii U ? (2012)

Mass Effect 3 est bien entendu un RPG marquant de ces dernières années, mais pas seulement. C’est toute la série qui a marqué l’histoire du RPG ces dernières années avec son univers extrêmement fouillé et intelligent, son écriture géniale et son histoire épique. Mass Effect, ce n’est pas réellement un jeu, mais bien une expérience à vivre au travers les 3 volets. Dans la peau du commandant Shepard, vous partirez dans une lutte sans merci contre les moissonneurs, construirez votre histoire personnelle et toutes vos actions auront des conséquences, et ce d’un jeu à l’autre. Mass Effect 3 est la conclusion épique à la saga, et même si la toute fin du jeu a beaucoup été critiquée par les fans, le jeu entier est une conclusion épique à une aventure débutée en 2007. Mass Effect est définitivement une série qui a marqué le genre du RPG.