Dimanche dernier, les français ont frappé fort…À l’occasion du festival Crêpetown, six comédiens se sont mis dans la peau de sims, ces êtres sans bon sens qu’il faut manipuler pour éviter qu’ils ne meurent de faim.

Pendant quatre heures d’affilées, les six comédiens ont du subir les demandes grandement intellectuelles du public. Ouest France, qui a couvert l’événement, a recueilli toutes sortes de témoignages des joueurs. Comme celui de Jonathan, qui a ressenti « un sentiment de surpuissance » pendant une heure. L’homme proposait une activité qui lui profitait, puisqu’il demandait à son Sims d’aller chercher des verres gratuits au bar.

Mais tout le monde ne rigole pas des mêmes choses, et d’autres spectateurs ont eu soif de ridicule. Ainsi, certains comédiens se sont retrouvés à faire du cheval sur une valise à roulette. Et si la situation aurait pu dégénérer, les demandes du public sont restées assez simples : imiter un vainqueur des JO ou un pilote d’avion, danser sur les tables de Crêpetown ou avec des membres du public, bref, il n’a pas été question de simuler une vie comme les joueurs des Sims sur PC le font, mais plutôt de demander des actions susceptibles de provoquer un fou rire général au sein du public.

Pour Damien Gabriac, l’un des organisateurs du festival Crêpetown, l’activité reste sympathique malgré les mauvais aspects qu’on pourrait lui reprocher :

C’est à la fois malsain et bon enfant, tout dépend de ce qu’on leur fait faire.

Du côté des comédiens, ils sont ressortis indemnes de cette expérience mais ressentent tout de même une sorte de malaise :

On nous demande des trucs absurdes et c’est bizarre d’accepter. Mais le pire, c’est quand on nous oublie et qu’on reste à rien faire pendant de longues minutes.

Si vous souhaitez avoir un aperçu en vidéo de ce malaise palpable, rendez-vous sur le site source de France Ouest.