S’en était devenu un troll récurrent contre Ubisoft, mais l’éditeur semble avoir revu sa politique exercée sur les DRM des versions PC de ses jeux. Rien de révolutionnaire, mais un retour à la réalité pour Ubisoft qui s’enfonçait dans le ridicule à mesure que ses jeux s’exilaient sur PC.


Stéphane Perlotti, directeur des jeux en ligne chez l’éditeur français est revenu sur les améliorations consenties depuis quelques mois dans un entretien avec le (très bon) site Rock, Paper, Shotgun.

Nous avons écouté les retours, et depuis juin de l’année dernière , notre politique pour tous les jeux PC est que nous demandons seulement une unique activation en ligne quand vous installez le jeu pour la première fois, et de là vous êtes libre de jouer au jeu en hors ligne [...] si vous voulez profiter du solo d’Assassin’s Creed III, vous aurez la possibilité de le faire sans être connecté. Et vous pourrez activer le jeu sur autant de machines que vous le souhaitez.

Si l’on émet des doutes sur la date avancée par Stéphane Perlotti, on est ravi d’entendre qu’une connexion permanente à internet ne sera plus requise pour jouer. La question étant de savoir si cela s’applique sur tous les jeux dès à présent, ou simplement sur les titres à venir ? De même, finie la dictature à la Apple où les jeux étaient limités à quelques installations. Au vu du discours tenu par le directeur d’Ubisoft, l’éditeur souhaite entamer un début de mea culpa auprès du public PC. Certainement parce qu’ils veulent connaitre le succès sur tous les fronts avec Assassin’s Creed III. Pas pour rien, qu’ils ont promis sortir la version PC du jeu seulement un mois après la sortie console.