L’impatience a laissé place à l’inquiétude alors que les développeurs avouent que PES 2013 sera une version transitoire, en attendant un renouveau annoncé pour l’itération prochaine. Le discours se répète depuis PES 2008 et les promesses seule ne font plus rêver. Konami peut-il encore surprendre ? Rien n’est moins sur, alors que ce PES 2013 tente d’ajouter à son système de jeu solide, mais hérité de l’arcade; les subtilités plus réalistes qui sont l’apanage d’un FIFA.


La meilleure défense c’est l’attaque qu’ils disaient. Mais impossible d’attaquer sans savoir défendre ; tout le paradoxe du football. PES a longtemps délaissé les phases de défense au profit d’une attaque ultra-performante. Cette fois-ci, et sur le modèle de FIFA, le jeu de football de Konami tente de réhabiliter son système défensif. Dorénavant il ne faut plus simplement presser l’adversaire, mais le contenir pour le forcer à se dévoiler. Tactiquement, cela est supposé nous offrir plus de choix. Malheureusement cette stratégie se révèle accessoire, tant il est simple de récupérer le ballon des pieds de l’adversaire. Au lieu de contenir l’attaque, notre défenseur harasse le porteur du ballon jusqu’à la faute ou la récupération. En clair, défendre n’a jamais été aussi simple.

Les envies de simulation sont malheureusement vite rattrapées par la jouabilité arcade de la série PES. Le football champagne comme on dit. La défense prend l’ascendant sur l’attaque de manière si importante qu’il devient très difficile de marquer sur une attaque placée. Dès lors que l’on s’approche du bloc défensif, des pieds se mettent en travers de notre chemin et l’arbitre étant peu adepte du coup de sifflet, on se retrouve rapidement dépossédé de notre bien. Tout se joue donc sur des contre-attaques, qui perdent en vivacité sur cette nouvelle version. Le jeu n’est plus à un paradoxe près me direz-vous. Concrètement, là où FIFA prend modèle sur le football espagnol, et notamment sur celui de Barcelone, PES 2013 se porte sur le football anglais, physique et porté sur la défense qui peut ainsi relancer loin devant à ses attaquants. Et pourtant, cette philosophie de jeu semble attribuée par défaut à PES 2013 ; Konami continue de mettre en avant des détails de simulation qui ne conviennent pas au jeu pratiqué.

Pages : 12