Durant le TGS 2012, le producteur de Dead Rising et Onimusha a regretté encore une fois le manque d’innovation des créateurs japonais.

Dans un entretien accordé à Gamasutra à propos de son prochain jeu Soul Sacrifice, le prolifique producteur japonais a déclaré que les développeurs Japonais n’étaient toujours pas aussi bons qu’ils devraient l’être.

Je crois que les développeurs ont besoin de plus d’énergie afin de faire progresser le jeu vidéo Japonais. S’ils veulent vraiment rivaliser (avec les studios occidentaux), ils doivent avoir une approche plus globale du développement. C’est pour cela que j’essaye de faire en sorte que les développeurs se sentent davantage récompensés lorsqu’ils font de bons jeux.

Si ces propos rejoignent ceux qu’ils avait tenu au moment de son départ de Capcom en 2010, il se montre cette fois plus optimiste, voire même confiant dans ses compatriotes:

Il y a beaucoup de créateurs très talentueux au Japon, mais ils sont souvent dans l’incapacité d’utiliser leur talent, parfois parce que les développeurs ne le remarque pas. Je pense qu’il est nécessaire de mettre en place un système qui leur permettent d’être plus créatif dans leur travail. C’est ce que je fais en travaillant avec Marvelous (développeur de Soul Sacrifice): je déniche le plus de talents possible.

Evidemment, ces paroles prêtent à sourire quand on connait la réputation du producteur, mais on ne peut leur nier un fond de vérité: quand on pense aux déclinaisons de Final Fantasy XIII alors que la plupart des joueurs demande du nouveau, on se dit que Square Enix est un bel exemple de ce phénomène de créativité bridée…