Selon Phil Eisler, le Cloud gaming évolue bien trop vite pour que les consoles puissent suivre la cadence.

Dans un entretien avec VentureBeat, le responsable de la section cloud gaming chez Nvidia a suggéré que des fonctionnalités comme la résolution 4K (équivalente à quatre fois la HD) étaient ce que les utilisateurs de ce service attendaient.
Bien que les capacités actuelles du cloud gaming ne permettent pas encore ce genre de chose, notamment à cause du débit moyen des utilisateurs, la vitesse à laquelle la technologie évolue est pour lui un facteur de réussite déterminant.

Les responsables de ces services pensent que les prochaines consoles seront les dernières, et je les crois. Les dernières sorties fonctionnent avec une technologie vieille de quasiment 10 ans. L’avantage du cloud gaming, c’est qu’il ne cesse de s’améliorer.
Si nos investissons dedans, c’est parce que nous voyons bien que les problèmes d’aujourd’hui peuvent être réglés, et que c’est la bonne direction à prendre. Les débits augmentent, le coût des serveurs baisse et la latence s’amenuise. Nous améliorons l’expérience pour les utilisateurs chaque jour, et nous finirons par arriver au moment où le cloud gaming deviendra la façon de jouer la plus répandue.

La récente débâcle d’Onlive, qui s’était déclaré en faillite, avait licencié la moitié de ses employés et avait dû être racheté le mois dernier, ne semble pas bouleverser Phil Eisler.

Après tout, si son principal concurrent Gaikai a été acquis par Sony pour 380 millions de dollars, c’est que le monde des consoles perçoit le potentiel d’amener les jeux directement en streaming sur les télévisions.