La prochaine génération de consoles de salon pourrait bien être la dernière, a confié Rob Pardo, lead designer sur World of Warcraft au site GamesIndustry.


Rob Pardo
s’est confié dans une longue interview dans laquelle il aborde finalement les possibles évolutions du jeu vidéo pour les cinq à dix années à venir. Comme beaucoup d’acteurs de cette industrie, il s’interroge sur la place des consoles alors que les smartphones, les tablettes et les jeux sociaux directement accessibles via navigateurs prennent de plus en plus d’ampleur :

Les gens vont-il encore aller mettre 300$ dans une console qui se branche à la TV comme c’était le cas pour le dernière génération de consoles ? Personnellement, je pense que la réponse est « oui », pour une dernière génération. Je pense que les consoles ont plus d’un avantage et que les gens ont l’habitude de les acheter comme un produit de consommation. Elles vont permettre d’accéder à de très bons jeux qu’à mon avis on ne retrouve pas encore sur tablettes. Je ne serai pas surpris qu’il s’agisse de la dernière génération de consoles traditionnelle, avant une évolution vers quelque chose de nouveau.

C’est une réflexion que partagent pas mal d’observateurs, pour qui les différentes pratiques du jeu évoluent vers plus de liberté, alors que les plateformes se multiplient et que les exclusivités pour telle ou telle machine disparaissent progressivement. On pense immédiatement au fameux cloud-gaming, qui permettrait d’accéder à n’importe quel jeu directement depuis un écran (dans un monde idéal où le débit internet ne serait pas bridé).

Finalement, plus que du destin des consoles, c’est pour celui des périphériques de jeu que Rob Pardo s’inquiète. Car l’homme pense que la manette, la guitare en plastique, le tapis de danse sont autant d’outils capables d’influencer les créateurs de jeu, et de créer de nouvelles pratiques vidéoludiques. Et de conclure sur l’avenir en confiant que le jour où les fameuses manettes disparaîtront, il faudra peut-être commencer à s’inquiéter.