L’aspect visuel tient à peu près la route. Les graphismes offrent des décors jolis sans plus ; les animations des personnages en revanche font bouger tous leurs membres d’une façon peu naturelle qui leur donne autant de grâce que des sangliers. Pas meilleur du côté des environnement Of Orcs and Men nous condamne à des couloirs sans fin. Car oui, des couloirs, vous en verrez, tout le temps ! La quête principale se résume à une longue succession de chemins tous tracés, ou vous devrez affronter des groupes d’ennemis dans des espaces un peu plus ouverts.

Même chose pour les quêtes annexes, qui se résument en général à un environnement bien distinct, moins long, mais qui reprend le même schéma. En partant d’un HUB central où se trouvent les marchands et les PNJ, vous devrez choisir l’environnement à explorer. A propos des quêtes annexes, celle-ci ne vous laisseront pas de choix dans la manière de procéder. Vous devrez les faire à un moment précis, défini par les développeurs. Donc pas de journal de quêtes : si vous avez raté une quête annexe, vous ne pourrez pas la refaire plus tard. Dans la même veine, les choix que vous ferez durant les dialogues (à travers une roue maintenant bien implantée dans les RPG modernes) ne viendront pas bouleverser l’histoire.

Mais ne serais-ce pas… UN COULOIR ?!

Of Orcs and Men, le buddy game – page 1
Of Orcs and Men, le buddy game – page 2
Of Orcs and Men, le buddy game – page 3