Ah, les Pokémon et leurs mystères, le secret de leur pouvoir… Plus de 10 ans que les bestioles de Game Freaks viennent régulièrement hanter nos consoles portables made in Nintendo. Et à chaque fois c’est la même rengaine : upgrade du nombre de Pokémon, règles de combats revues et corrigées, et de nouveaux challenges pour contenter dresseurs, collectionneurs et fans de concours de beauté (j’en connais personnellement). Un petit changement pour ces nouvelles versions : l’ajout de l’effrayant 2, qui suscite à la fois crainte et excitation. Surtout pour un Pokémon, qu’est-ce qu’une suite ? Laissez moi enfiler mon habit de Pokémaniac pour tâcher de répondre à cette question…

N’est pas Pokémon Or et Argent qui veut…

Depuis leurs débuts en 1998, les Pokémon à la sauce RPG ne s’embarrassent pas d’un scénario épisodique. A la manière d’un Zelda ou d’un Final Fantasy, une nouvelle version de Pokémon peut se jouer sans toucher aux précédentes, sans avoir forcément envie de goûter aux générations suivantes ou aux spin-off. Alors l’annonce d’une suite à Pokémon Version Blanche et Version Noire surprend. Tout le monde s’attendait à être mangé à la sauce Grise dans une même aventure avec de légères modifications, bien senties, suffisamment tentantes pour vous faire replonger (Pokémon est une drogue, attention les enfants). Ici, le 2 justifie pour la deuxième fois une chronologie. Deux ans après les évènements ayant frappé Unys, de nouveaux dresseurs vont se lever, choisir un starter et partir enquêter sur les changements survenus depuis la chute de N, Le messie Pokémon, partisan de la libération des Pokémon du joug des humains.

Pokémon, c’est aussi sont lot de discussions intenses avec les PNJ

L’idée semble bonne et rappelle la première tentative du genre, le très estimé Pokémon Or et Argent et sa formule magique : la découverte d’une nouvelle région (Johto) puis le retour sur les anciennes terres des version Rouge et Bleu (et Verte, et Jaune, à Kanto). Seulement, dans les versions Blanche 2 et Noire 2, mis à part le changement de point de départ de l’aventure, on se retrouve bien vite à arpenter les mêmes villes, chemins et grottes visités il y a à peine un an et demi. Un délai trop court pour sentir un réel parfum de redécouverte, malgré les clins d’oeil, les têtes connus rencontrées ici même deux ans auparavant. Les enjeux de cette suite sont flous, et l’on traîne tout au long de l’aventure ce sentiment de déjà-vu. Le Kokiyas entre deux chaises, le jeu oscille entre une vraie suite et la traditionnelle – mais solide – version “Prime” (Jaune, Crystal, Emeraude, Platine). Mais difficile de bouder bien longtemps car Pokémon Version Noire 2 et Blanche 2 sont à ce jour les versions les plus complètes et les plus accessibles pour les joueurs du type “Rhoo mais j’ai lâché à la version Rouge, j’avais un Onyx qui DÉFONÇAIT TOUT”.

On vous confiera le Zorua de N, clin d’oeil direct à l’épisode précédent

Pokémon Version Noire 2 – Page 2
Pokémon Version Noire 2 – Page 3
Pokémon Version Noire 2 – BONUS STAGE Page 4