BONUS STAGE : Quoi de neuf dans la galaxie Pokémon ?

C’est une grande habitude désormais, la licence Pokémon continue de sortir dans des jeux explorant de nouvelles idées de gameplay : des dungeon scroller avec la série des Donjon Mystère en passant par le hack’n’slash mignon et bourrin avec la série Rumble, ou encore inédit chez nous, le tactical RPG Pokémon Conquest. En attendant un passage au FPS (pitié, non !), la licence s’exporte sur deux genre inattendus : l’apprentissage du clavier avec Pokémon à la Conquête du Clavier et un jeu de capture basé sur la Réalité Augmentée de la 3DS, Pokémon RAdar. Et devinez qui a eu l’illustre honneur de les tester…

Commençons par Pokémon à la Conquête du clavier. Pas de rires étouffés s’il vous plait, le “jeu” se présente comme une aide pour apprendre à taper rapidement au clavier tout en s’amusant. On passera rapidement sur l’histoire et sur le professeur Alphonse Zerty (bon, là je vous autorise à rire) pour se concentrer sur le principal : une succession de challenges proposant de battre des records, de débloquer des médailles en tapant le plus rapidement possible le nom du Pokémon à l’écran. Un jeu de réflexe qui rappelle, dans sa progression sur des rails, le célèbre Pokémon Snap de la Nintendo 64, et dans ses moments de rage, le célèbre The Typing of the Dead sorti sur Dreamcast et PC. Au lieu de jeter des cailloux et des pommes un peu au hasard, de vrais réflexes vous seront demandés, au prix d’une interactivité moindre avec l’environnement. Une durée de vie un peu faiblarde mais un stress et une exigence de chaque instant qui fait qu’on y revient, au moins pour péter son dernier score. Mention spéciale pour le clavier Bluetooth livré avec le jeu, étonnamment correct.

Pokémon Radar se présente quant à lui sous la forme d’un mini-jeu téléchargeable sur 3DS, entièrement jouable en Réalité Augmentée, avec la caméra de la portable. Ici c’est Pimprenelle qui a besoin de nous, cette dernière étudie les rêves et jouera sur votre fibre de collectionneur pour vous forcer à l’aider. Viser et tirer sur des petits nuages fluos qui n’ont rien fait du tout, voilà à quoi nous en sommes réduits. Dans ses nuages se cacheront toutes sortes de Pokémon, avec à la clé les formes totémiques de Boreas, Fulguris et Demeteros, un énième trio légendaire et mystérieux. Le gameplay tourne en rond autour du même schéma : accumuler de l’énergie, shooter ces pauvres nuages, gagner des sous et ainsi renforcer son équipement. Un non-jeu en somme, à la manière de Pokémon Channel sur GameCube permettant de mettre la main sur Jirachi ou du premier Pokémon Ranger pour chopper un oeuf de Manaphy.

Pokémon Version Noire 2 – Page 1
Pokémon Version Noire 2 – Page 2
Pokémon Version Noire 2 – Page 3
Pokémon Version Noire 2 – BONUS STAGE Page 4