Rendez-vous en Terre Inconnue

Pour nous cela signifie avant tout une nouvelle terre à apprivoiser, qui parvient à nous faire oublier une bonne fois pour toute Rome, Florence et leurs monuments aussi spectaculaires dans leur ouvrage que vertigineux dans leur ascension. Place à New York et Boston, deux nouveaux terrains de jeux entrecoupés d’étendues sauvages.

Assassin’s Creed III joue aussi la carte de l’exploration des villes, mais qui dit nouvelles terres, dit terres en plein construction. Des bâtiments solides, une architecture typique, un peu rustre. En témoignent les animaux qui s’ébattent à côté des hommes.

La nature reprend ses droits à quelques pas de ces grandes villes en construction, sauvage et changeante. Il ne sera pas rare en effet de passer d’une séquence en plein forêt luxuriante à des phases de grand froid, les jambes dans la poudreuse, d’un simple tour de passe-passe de l’Animus.

Ce dernier épisode dépayse : il nous encourage pour la première fois à explorer la nature, à découvrir la faune locale. Une nouvelle jouabilité permet de se mouvoir avec fluidité entre les arbres. Une gâchette à maintenir pour courir et deux boutons pour au choix sauter ou passer en dessous d’obstacles. Dans les arbres, toujours en maintenant la gâchette de course, les phases d’accrobranche se font en toute souplesse. Un bouton de direction pour choisir de passer derrière le tronc ou le saut pour grimper un peu plus haut. On passerait ses journées à faire ça si un monde ne réclamait pas notre attention.

Hop hop hop… Tu crois aller où comme ça ?

Test – Assassin’s Creed 3 – Page 1
Test – Assassin’s Creed 3 – Page 2
Test – Assassin’s Creed 3 – Page 3
Test – Assassin’s Creed 3 – Page 4