“Vous avez reçu un mail”

Cinq ans après la claque de la découverte, il semble bien difficile de demander à Assassin’s Creed III de nous chambouler comme à l’époque. Côté scénario et écriture, rien à dire, Ubisoft livre une copie honnête. Les développeurs pensent même à donner à Desmond ses premières vraies phases de gameplay bien à lui, très souples et très inspirées de Mirror’s Edge par leurs dynamismes.

Cependant, énorme problème : la narration décousue. À se tirer une balle, littéralement. Comment, en partant d’une histoire sympa, une jouabilité un poil rigide mais gentille, peut-on se foirer à ce point sur l’enchaînement des péripéties et tuer l’immersion du joueur ? C’est simple, il suffit d’ajouter des sauts dans le temps insupportables, les fameux “six mois plus tard”, brusques et sans liens aucun avec la séquence suivante.

Il y a aussi la fameuse fenêtre “Vous avez reçu un mail” qui pop régulièrement en haut à droite de l’écran, le truc le plus insupportable du monde en pleine mission d’infiltration ou en train de guetter un animal dans la forêt. L’immersion en pâtit, encore, toujours la faute à ce vernis moderne qui vient constamment nous rappeler que nous sommes dans un monde virtuel. L’éternel problème de la franchise et son côté Matrix.

Pourtant l’ambiance de cet Assassin’s Creed III est l’un des meilleures, entre sa violence, ses hauts-faits et ses figures et instants historiques. Comment diable peut-on passer d’un rendez-vous avec Benjamin Franklin à un écran tutoriel pour nous apprendre à acheter et troquer du bois ? Et j’exagère à peine.

Et puis surtout, il y a ce bon vieux Anvil – rebaptisé Anvil Next – le moteur graphique du jeu depuis cinq ans déjà. Cette version “Plus” permet certes d’afficher plus de soldats à l’écran (bon point pour les zones de guerres face à des vagues de soldats armés de mousquets) mais il arrive au bout de son aventure. Le rendu de la nature, les bâtiments en villes sont bien faits, le choix des couleurs se tient, mais l’ensemble devient faible, parfois inégal d’une cinématique à une autre.

Passons aussi sur certaines scintillements, disparations de textures et autres bugs de collision, ça reste ponctuel mais tout de même un poil gênant. Disons que les choses s’améliorent, l’ambition générale est revue à la hausse, mais un manque globale de fignolage se fait ressentir. Des menus détails mais dans un jeu accentuant de grosses phases de gameplay sur son exploration et la mise en place d’une ambiance, ça fait tâche.

8

/10

Note JDG

Historique


Ubisoft a su composer avec notre lassitude du vieil Ezio (tout de même 52 balais dans l’épisode précédent). D’une part en nous cueillant par petites touches innovantes et retouches bien pensées, d’autre part grâce à de jolis twists dans le scénario, le fait de jouer un rôle dans l’enchaînement historique des évènements ne laisse pas de marbre. Alors que soyons honnêtes deux minutes, pas grande chose n’a changé, si ce n’est la recherche de nouvelles influences chez la concurrence (Read Dead Redemption pour Connor, Mirror’s Edge pour Desmond) en jouant la carte habituelle : une action non stop, parsemée de pleins de petits instants de découverte, d’héroïsme, et ce qu’il faut de rebondissements pour nous faire tenir une vingtaine d’heures en ligne droite. Assassin’s Creed III assure la relève et nous offre un nouvel assassin très charismatique. Les fans ne retiendront que ça.

Test – Assassin’s Creed 3 – Page 1
Test – Assassin’s Creed 3 – Page 2
Test – Assassin’s Creed 3 – Page 3
Test – Assassin’s Creed 3 – Page 4