Après une première itération qui avait fait l’unanimité sur sa médiocrité, le héros de la génération 80 compte bien fêter ses 30 ans d’existence en redorant son blason. Pas sûr que les efforts soient à la hauteur de l’ambition affichée…

Ken est énervé. Vu son dernier jeu, on le serait à moins...

Ken est énervé. Vu son dernier jeu, on le serait à moins…

Tecmo a bien compris que le jeu se destinait avant tout aux fans, et compte les attirer avec un maximum de contenu : 36 chapitres sont ainsi disponibles en mode histoire. Vous y incarnerez non seulement Ken, mais aussi les versions adultes de Batt ou Lynn dans ce mode retraçant les deux premières saisons du manga. Il existe même un Dream mode contenant des niveaux supplémentaires dans lesquels vous incarnerez les aventures des personnages secondaires.

Fidèle à la tradition des beat’em all cher aux développeurs de Dynasty Warriors, le jeu vous demandera de venir à bout de vagues d’ennemis à l’aide du trio coup de poing/coup de pied/attaque spéciale en enchaînant les combos divers et variés.
En pratique, le jeu se révèle un peu répétitif à cause du manque d’enchaînements différents, même si les techniques spéciales à activer une fois la jauge de puissance du personnage remplie se montrent impressionnantes et fidèles au manga.

Attention, super technique spéciale en approche !

Attention, super technique spéciale en approche !

Les effets des attaques suffisent certes à nous distraire un bon moment, notamment lorsqu’on envoie voler une dizaine de brutes dans une gerbe de sang à la suite d’un combo déchaînant toute la puissance du Hokuto Shinken. L’ennui se fait cependant vite ressentir : les ennemis ne lancent que de rares attaques qu’il est très facile d’esquiver à l’aide d’un bouton dédié, et attendent le reste du temps leur tour de passer à l’abattoir.

Les boss constituent heureusement l’oasis de variété dans ce désert de répétition, les schémas d’attaques destinés à les vaincre étant à chaque fois différents. Vous devrez en effet suivre un schéma précis rappelant les duels du manga pour les fragiliser avant de leur asséner le coup de grâce avec une technique de Hokuto.
La présentation nous a également permis de relativiser la monotonie du jeu, les combos et techniques spéciales variant en fonction des personnages employés. Si le mode histoire vous lasse, il vous suffira de faire un tour dans le Dream mode pour prendre un peu d’air frais avant de replonger.

Le choix de personnages permet de varier les plaisirs

Le choix de personnages permet de varier les plaisirs

Le plus gros souci du jeu reste ses temps de chargements incroyablement longs : non seulement ils surviennent toutes les cinq minutes, mais on a surtout du mal à comprendre leur origine, les décors se révélant aussi vides qu’aliasés! Il en va de même pour les cinématiques, simples cases de manga animées dont le chargement est parfois plus long que le déroulement…

Les cinématiques sont parfois animées...et parfois pas

Les cinématiques sont parfois animées…et parfois pas


Fist of the North Star : Ken’s rage 2
se destine donc avant tout aux fans de Buronson et Tetsuo Hara, l’hommage rendu au manga ne parvenant à effacer les défauts du jeu qu’à condition de connaître l’univers. On conseillera aux autres joueurs de s’introduire à l’art de Hokuto avant de se lancer dans cette aventure post-apocalyptique.