Avec LEGO Le Seigneur des Anneaux, Warner Bros. Games profite de la sortie de Bilbo le Hobbit au cinéma et du regain d’intérêt pour la Terre du Milieu que le nouveau film de Peter Jackson provoque auprès du public. Mais le dernier-né de la série des LEGO cinéphiles ne se repose pas sur ses feuilles de la Lothlorien en se contentant de surfer sur le succès de la franchise : il en profite pour s’offrir un précieux lifting.

llotr_ka_hr_rgb


Après les très nombreux jeux estampillés « Seigneur des Anneaux », Telltale Games devait encore faire vibrer la corde nostalgique des fans sans les lasser. Ils ont décidé de jouer le jeu à fond et de faire de leur jeu une véritable déclaration d’amour aux fans, tout en préservant la prise en main simplissime propre à la série. Leur but avoué : réunir autour de la console les gamins qui découvrent Tolkien grâce au Hobbit et leurs parents qui ont vu le Seigneur des Anneaux (et oui, tous ceux qui l’ont lu aussi, ne vous enflammez pas !).

Bizarrement, c'est tout à fait crédible

Bizarrement, c’est tout à fait crédible

Les grands moments de la saga peuvent être vécu au travers de dix-huit niveaux qui suivent scrupuleusement le déroulement des films. Ils ne sont cependant plus liés par un simple lieu central faisant office de hub comme c’était le cas dans les jeux précédents : initié avec LEGO Batman 2, le principe du monde ouvert est ici repris pour offrir au joueur un territoire de jeu s’étendant de la Comté au Mordor. Il est ainsi possible de parcourir l’ensemble de la Terre du Milieu sans le moindre temps de chargement !

Cet agrandissement amène bien d’autres modifications dans le système de jeu. Il vous faudra ainsi trouver des statues disséminées sur le terrain afin d’obtenir des indications sur votre carte. Objets cachés, quêtes secondaires, PNJ… il y a de quoi vous occuper une fois la trame principale terminée. Certains lieux comme Bree ou Fondcombe sont peuplés de nombreux personnages qui vous demanderont de l’aide ou vous fourniront un soutien précieux pour compléter le jeu à 100%.
On prend un vrai plaisir à profiter de ces phases de jeu plus libres entre deux séquences de la trilogie, d’autant qu’elles nous sont parfois bien utiles par la suite.

La Terre du milieu s'offre à vous

La Terre du milieu s’offre à vous

Les missions scriptées bénéficient en effet d’améliorations bienvenues : les personnages disposent désormais d’un inventaire dans lequel il est possible de stocker des objets, ce qui évite les allers-retours, et une roue des personnages permet de sélectionner directement celui qu’on souhaite incarner. Inutile de dire que cela se révèle très pratique lorsque les neuf membres de la Communauté sont réunis !

L’astuce liant les deux types de gameplay est alors aussi simple que bien trouvée : il est possible de faire forger dans les villes des objets en mithril, ensuite accessibles à tout moment, qui permettent à n’importe quel personnage de bénéficier des capacités spéciales des autres. Vos efforts pour récolter le métal sacré seront ainsi récompensés par la satisfaction de pouvoir parcourir un niveau en débloquant tous les passages secrets sans avoir à sélectionner chaque fois le bon personnage. Sans compter que voir Gimli tirer à l’arc, ça n’a pas de prix.

La Moria est un grand moment de bravoure

La Moria est un grand moment de bravoure

Le monde est vaste et bourré de clins d’oeil (saurez-vous trouver le cameo de Peter Jackson ?), les missions se montrent fidèles et variées, mais il y a encore mieux : TT Games nous permet de jouer des séquences qui sauront raviver la flamme (d’Udûn) dans le cœur des fans. Affronter les armées de Sauron avec Isildur et Elrond, vivre le duel de Saroumane face à Gandalf, empêcher le Balrog de franchir le pont de Khazad-dûm… autant de moment mythiques qu’il est enfin possible de jouer comme si nous y étions !

Si son apparence générale ne souffre aucun reproche, le jeu recèle néanmoins quelques écueils. La gestion des sauts, défaut récurrent de la série LEGO, est toujours bancale, et on s’ennuie toujours aussi rapidement en solo, même en étant fan de Tolkien.

De manière plus subjective, l’humour des cinématiques ne fait pas toujours mouche, en particulier durant les moments tragiques dont le côté comique confine parfois à l’absurde. Il est également regrettable que les personnages ne bénéficient pas tous de leur doublage officiel : si Gandalf dispose d’un substitut acceptable, on a du mal à rester dans l’ambiance du Gouffre de Helm en entendant la VF de Brad Pitt sortir de la bouche d’Aragorn !

Gollum reste heureusement fidèle à lui-même... enfin, façon de parler

Gollum reste heureusement fidèle à lui-même… enfin, façon de parler

8

/10

Note JDG

Précieux

LEGO Le Seigneur des Anneaux constitue donc un excellent opus LEGO, un magnifique hommage à la trilogie de Peter Jackson et un très bon jeu coopératif. TT Games a amélioré une foule de petits détails qui rendent l’expérience aussi plaisante à vivre qu’elle l’était à regarder il y a dix ans, et les quelques défauts du jeu ne suffisent pas à ternir le plaisir qu’on éprouve à fouler la Terre du Milieu à nouveau. Le rendez-vous est pris pour LEGO Bilbo le hobbit !