Parce que ce n’est pas sale et que ton corps change, Stick Shift est une métaphore automobile d’une masturbation ! #Insolite !

Stick-Shift

Merci Kotaku de nous tenir au courant d’une actualité trop souvent mise de côté par une presse pudibonde, celle des relations sexuelles avec des voitures. Elles ont le droit de connaître l’amour d’un homme.

Plus sérieusement Stick Shift est un jeu gratuit créé par Robert Yang et qui fait partie de la gay sex game trilogy (trilogie des jeux sexuels gay), dans laquelle on peut trouver Hurt Me Plenty, un autre jeu fonctionnant avec le Leap Motion où il faut fesser un partenaire et Succulent, un jeu gustatif.

Dans Stick Shift c’est une tout autre histoire puisqu’il faudra jouer du levier de vitesse pour… Éh bien… Je pense que je n’ai pas besoin de vous faire un dessin pour que vous compreniez ce que représente le levier de vitesse dans ce jeu.

Il faudra donc bien titiller ce dernier pour passer les vitesses qui représentent les différents stades de la jouissance. Tout simplement. Si vous les passez, votre personnage à droite passera clairement un bon moment. Cependant, si vous vous y prenez mal, vous risquez carrément de caler.

Bien sûr, une fois que vous avez réussi à passer toutes les vitesses, vous devez attendre un certain temps avant de pouvoir rejouer. Le moteur doit refroidir. TMTC.

Stick Shift TMTC

Bref, mine de rien, c’est plutôt joli et la bande-son est vachement bien. C’est d’ailleurs uniquement pour cette dernière que j’ai fini le jeu. Plusieurs fois. C’était bien.

Ah ! Et l’auteur du jeu a donné une intéressante interview sur Kill Screen pour expliquer le pourquoi du comment.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction