Dans une interview accordée à nos confrères du Monde, Serge Hascoët, le directeur créatif d’Ubisoft, reconnaît son intérêt grandissant pour façonner des mondes ouverts, dans lesquels chacun peut créer sa propre histoire.

watch dogs 2 2

En prenant exemple dans ce qui est proposé dans Watch Dogs 2, juste sorti et testé chez nous ici, Serge Hascoët livre un peu de sa philosophie « éditoriale » du moment, qui gravite pleinement autour du monde ouvert. Pour le directeur éditorial, l’idée est de bâtir un univers où tout joueur doit pouvoir se sentir bien pour pouvoir ensuite avoir envie de s’y amuser et/ou d’y progresser. Serge Hascoët se fait même très tranché quand il déclare qu’il ne veux plus que le joueur « subisse l’histoire créée par quelqu’un ».

Je demande de plus en plus que l’on laisse le joueur écrire sa propre histoire, qu’il se fixe lui-même un objectif long terme, identifie les différentes opportunités qui s’ouvrent à lui, choisisse et ne suive pas un chemin décidé pour lui. C’est ce qu’on appelle l’anecdote factory [la fabrique à anecdotes] en interne.

Et à ceux qui reprocheraient à cette philosophie de n’engendrer que des missions répétitives (dont nous, même si ce n’est pas une spécificité d’Ubisoft, pour le coup), Serge Hascoët répond en teasant le prochain épisode d’Assassin’s Creed, pour lequel les concepteurs auraient créé « un système dans lequel ce que je fais a non seulement du sens à l’instant, mais a également du sens à long terme. Mes actions vont changer le monde. »

Si vous voulez lire l’intégralité de l’interview, c’est à cette adresse ; si vous voulez réagir à la tendance qui va s’accentuer chez l’éditeur francophone, c’est plus bas, dans les commentaires.

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction