Le compte officiel de SteamSpy a balancé un petit tweet assez flippant. Il s’agit d’un graphique indiquant la part de chaque année en fonction du nombre de jeux Steam qu’elle a vue sortir sur la plateforme.

steam

On se rend compte que 38 % des jeux publiés sur Steam l’ont été… en 2016.

Si l’ampleur du constat est impressionnante, le phénomène est quant à lui bien connu. De plus en plus de jeux sont publiés chaque jour sur Steam avec un rythme exponentiel comme l’avait montré le mathématicien joueur Anton Savchenko il y a plus d’un an.

La création de jeux en easy mode

Les raisons sont multiples, mais la principale est certainement qu’il n’a jamais été aussi facile de faire un jeu vidéo qu’en 2016. Les barrières d’entrées sont basses, tant du point de vue de la publication que de la conception. En effet, les programmes comme Greenlight et ID@Xbox permettent à de nombreux développeurs d’avoir une place sur différents stores sans qu’un éditeur accrédité n’ait à montrer patte blanche pour eux. Même Nintendo et Sony qui ne possèdent pas réellement de programme indépendant en tant que tel ont largement ouvert les portes de leurs plateformes respectives pour améliorer leurs ludothèques à peu de frais.

De l’autre côté, des outils simples d’utilisation comme Game Maker Studio ou Unity, permettent avec un tout petit peu d’apprentissage de mettre au point des jeux complets et convaincants. Cette accessibilité se voit également d’un point de vue tarifaire où la gratuité contre des royalties sur les ventes est devenue la norme.

La conséquence de cela ? La fameuse Indiepocalypse ? Si elle n’a pas eu lieu avec perte et fracas, il devient de plus en plus difficile pour un petit développeur de creuser son trou dans cette jungle de jeux qui sortent en permanence. Comme l’a très bien dit Agostino Simonetta, responsable européen d’ID@Xbox, dans un entretien que j’ai eu avec lui lors de la Paris Games Week de 2015 (et dont je vous recommande chaudement la lecture) : « Le succès commercial peut arriver à n’importe qui. Mais ça n’arrivera plus à tout le monde ».

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction