Sergey Galyonkin, le taulier du bien pratique site Steam Spy, a mis en ligne ses propres statistiques quant aux performances des jeux sorties Steam en 2016. Ces chiffres ne comprennent pas les DLC et comportent une marge d’erreur inévitable, mais les deux informations importantes à retenir sont la stagnation du marché global des ventes de jeux cette année et que Civilization VI est certainement celui qui a généré le plus d’argent sur la plateforme.

steam-cover

Dimanche dernier, Valve dévoilait un classement imprécis des jeux qui ont rapporté le plus d’argent en 2016 sur Steam. Aujourd’hui, sur son Medium, Sergey Galyonkin de Steam Spy a lui-même publié son compte rendu de l’année en proposant, entre autres, son classement des jeux qui ont dégagé le plus d’argent cette année. Toutefois, les chiffres présentés sont estimés sur les possessions de jeux et ne comprennent pas des données importantes comme l’achat de DLC ou les microtransactions. Il y a également une marge d’erreur inévitable notamment due aux achats chez les revendeurs tiers et Galyonkin précise bien que les chiffres de Valve sont forcément plus précis que les siens. En comparant les deux classements, on se rend d’ailleurs compte de quelques disparités, comme Doom qui n’est pas dans le top 12 de Steam.

Civilization VI serait ainsi le jeu qui aurait dégagé le plus d’argent cette année avec pratiquement 79 millions de dollars. Suivi de l’indéboulonnable GTA V et de CS:GO.

classement-medium-steamspy-2016

On peut tout de même signaler la performance impressionnante de la minuscule production Stardew Valley, en 16e position dans le classement. Le jeu qui ne comprend aucun DLC ou microtransactions aurait généré plus de 24 millions de dollars à répartir entre Steam et son unique créateur.

• Une forte augmentation des jeux qui sortent, mais un marché qui ne grandit pas

L’autre information est la stagnation du marché sur Steam. En comparant avec l’année dernière, Glyonkin constate que les ventes sur Steam sont peu ou prou les mêmes que l’année dernière, si ce n’est légèrement plus basses comme il semble l’affirmer sur Twitter.

ventes-steam-steamspy-2016

Il n’en reste pas moins profitable avec une taille estimée (toujours sans les DLC et les microtransactions) à 3,5 milliards de dollars, soit la même estimation qu’en 2015 avec une grosse marge d’erreur allant de 3,3 milliards à 3,6 milliards de dollars.

L’une des principales raisons invoquées est l’exceptionnelle année 2015 en terme de gros jeux sur la plateforme ainsi qu’une année 2016 plutôt calme de côté-là. En 2015 sont sortis GTA V, Fallout 4 et The Witcher 3, sans compter que le Call of Duty: Infinite Warfare de cette année a attiré beaucoup moins de public qu’habituellement. De plus, des shooters populaires comme Overwatch et Battlefield 1 n’existent pas sur Steam.

Le marché occidental ralentit et le marché asiatique (la Chine notamment), qui devrait en théorie prendre un essor important, ne parvient pas encore à compenser cette décélération. Les habitudes des joueurs asiatiques sont également différentes, préférant dépenser leur argent dans des jeux en ligne comme CS:GO, plutôt que de le faire dans de gros AAA à 70 euros.

Quant aux publications de jeux sur Steam, on savait déjà qu’elles étaient nombreuses – pour rappel, plus du tiers des jeux existants sur Steam sont sortis en 2016 – mais Galyonkin les a regroupées sur un graphique un peu plus lisible. Il montre bien l’accélération régulière du phénomène depuis 2013.

nouveaux-jeux-par-mois-steam-spy-2016

Quand cette augmentation des publications des jeux sur Steam se tassera-t-elle ? C’est une vraie question tant les implications peuvent être grandes pour de nombreux développeurs qui n’arrivent pas à trouver un public à qui l’on propose une offre de plus en plus grande. Après, et ce n’est pas le chef de la division ID@Xbox en Europe qui nous dira le contraire, tout le monde ne pourra pas vivre de la création de jeux.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction