On s’est concerté avec la rédaction du Journal du Geek – qui mange des processeurs et des stats tous les matins au petit déjeuner – pour savoir si ça valait vraiment le coup d’acheter l’iPad Mini pour jouer. Réponse mitigée.

Annoncé hier soir, le nouvel iPad se positionne sur le marché des tablettes d’entrée de gamme. Avec un modèle 16Go vendu moins de 350€, on pourrait penser que la petite tablette (elle fait environ 20 cm x 13,5cm) est la solution à moindre coût pour profiter de tous les jeux mobiles disponibles sur l’Appstore. Mais c’est un petit peu plus compliqué que ça.

Pour : iPad Mini Versus PS Vita

Pour 50€ de plus, l’iPad Mini dispose d’un catalogue de jeux bien plus étendu que celui de la PS Vita, qui peine à séduire les développeurs. Certes, la qualité des titres de la portable de Sony n’est absolument pas comparable à un Doodle Jump. Mais cela pourrait changer, et même 2K Games se met au jeu mobile. Le portage du premier Borderlands est attendu sur l’Appstore le 31 octobre, avec une jouabilité entièrement revue pour s’adapter à la prise en main de la tablette.

Question mobilité, la tablette c’est le top ! Alors que la console portable oblige à multiplier les devices, l’iPad Mini contient déjà toutes les applications nécessaires à notre quotidien ultra connecté, notamment une meilleure gestion des mails, ainsi qu’un format adapté à la navigation internet ainsi qu’à la lecture.

Contre : des performances dépassées

Le souci avec l’iPad Mini, c’est principalement son processeur, un dual-core A5 tout à fait honnête, mais déjà présent sur l’iPhone 4S et l’iPad 2. Face au processeur Tegra 3 de la Nexus 7 qui est bien plus puissant, ça fait un peu 2012. Surtout quand on sait que les jeux mobiles sont de plus en plus gourmands et que certains titres récents ne tournent pas sur iPhone 3G. Un argument à tempérer toutefois, quand on connait l’excellente optimisation de tout ce qui sort sur l’Appstore.

L’écran de l’iPad mini affiche certes une densité de pixels moins élevée que celle de la PS Vita (163 dpi contre 220 pour la portable de Sony) mais c’est une différence graphique qui est à peine visible à l’œil nu, encore moins lorsque notre attention se focalise sur l’action d’un jeu. Son format pose en revanche problème : elle affiche un très old-school 4:3 quand ses concurrentes (consoles et tablettes) se sont mises au 16:9.

Son prix, enfin, qui démarre à 339€ mais monte jusqu’à 544€ pour le modèle 32 Go risque d’en freiner plus d’un. Quand on sait que la nexus 7 (meilleur processeur, meilleur affichage, autonomie comparable) est vendue à partir de 199€, la question se pose sérieusement. Mais attention, le catalogue jeu de Google Play souffre d’une offre moins riche, et de retards systématiques dans le cas de jeux sensés sortir simultanément sur Android et iOs.

Verdict : une excellente liseuse et une solution d’appoint pour le jeu

Avec l’iPad Mini, Apple s’attaque plutôt au Kindle Fire HD d’Amazon et à la Nexus 7 de Google qu’à une console portable. Légère, d’une autonomie tout à fait honnête, la tablette s’oriente avant tout vers une utilisation nomade d’appoint (mails, lecture, navigation web). Les jeux et le multimédia passent ensuite, ce qui n’en fait pas un mauvais support pour jouer, mais définitivement pas un premier choix pour les gamers de la « génération digitale » (les potes d’une certaine chaîne de télé se reconnaîtront).

Alors, allez-vous craquer ? Si oui, pourquoi ?