L’Internet n’est pas seulement un espace de communication libre et accueillant, un lieu où l’humanité toute entière peut se retrouver pour échanger et partager des idées… Non ! L’Internet, c’est aussi des joueurs qui passent 90% de leur temps à s’insulter copieusement. Revue des communautés les plus rageuses de notre petit monde virtuel.

5. Les communautés du jeu de baston

On a tous un joueur de Street Fighter IV dans son entourage, et on sait bien comment ça se passe. Il ne parle que de link et de frame, SF IV c’est sa vie et il n’a que 4% de défaites avec Yun, son main (perso principal). Mais voilà, chaque fois qu’il vous provoque en duel, vous le poutrez. La chance (« tu appuies sur tous les boutons, c’est n’importe quoi »), votre ultra fumé ou son manque de sommeil, toutes les excuses seront invoquées. De toute façon il refusera de jouer à nouveau avec vous, « parce que vous jouez comme un sac ».

Demotivational-pictures-dont_Get_Me_Angry

4. Les communautés du MMORPG

Les joueurs de MMORPG sont des gros rageux, et on les comprend ; entre le ninja loot – cette pratique peu scrupuleuse qui consiste à piquer un item (légendaire si possible) promis à un autre et à se barrer en douce – et les mecs qui font foirer une opération préparé depuis des jours et des nuits en partant manger, uriner ou passer du temps avec leur famille (le fameux « AFK bio »), ils ont de quoi rager. Dernièrement les filles ont aussi de quoi s’y mettre, surtout lorsqu’on découvre que certains bourreaux des cœurs s’amusent à chasser au sein d’une même guilde !

3. Les communautés de la simulation de foot

Il n’y a rien de plus traître et vicieux qu’un joueur de FIFA. Ils s’habillent (à peu près) normalement et n’ont pas l’air de revenir de trente ans d’hibernation dans une caverne himalayenne, ce qui porte à croire qu’on va jouer à un jeu sans violence. Mais si le foot c’est cool et que «ça reste un jeu», votre adversaire va chouiner sur l’arbitrage au bout de 3 minutes (on pense très fort aux très mauvais joueurs du Journal du Geek !), quand ce ne sera pas sur votre chance insensé qui vous permet de placer le ballon au fond des filets. Ne tentez pas de protester, vous pourriez bien prendre une manette dans la tête.

734153_466237966766025_867951548_n

2. Les communautés du FPS

Que personne ne nous dise qu’il n’a pas déjà organisé une LAN Counter-Strike dans son garage et qu’il n’a pas insulté Dédé, douze ans. Dédé, c’est le fils de la voisine, vous l’aviez gentiment invité parce-que-la-voisine-est-sympa mais depuis une bonne heure, il énerve tout le monde en accumulant les frags à coup de snipe. Depuis, vous n’avez qu’une envie, c’est d’étriper Dédé. Et la voisine. Et tous vos potes, parce que ce sont « que des vieilles campouses ».

baby-vs-fps-gamer

1. Les communautés du MOBA

Un grand homme a dit : « Une partie de MOBA ne débute qu’à la première insulte prononcée. » Venu à la lumière avec le mod de Warcraft 3, DotA, le genre MOBA n’a depuis cessé de faire des adeptes en même temps qu’il a fait tripler le nombre d’insultes proférées à la minute sur les Internets. Il n’y a pas plus mauvais joueur que joueur de MOBA, seuls ceux-là sont capables de virer un de leur propre coéquipier de la partie, alors même qu’ils savent ne pas pouvoir gagner sans lui. Chapeau les artistes !

go_away_noob-12269