Les développeurs le répètent souvent, la puissance des consoles bride parfois le potentiel de leurs jeux. L’arrivée de nouvelles plateformes est donc toujours bien vue. Mais le modèle économique de la console est de plus en plus remis en cause.

DR : Mads Peitersen

DR : Mads Peitersen

Bien que de nombreux gros titres se vendent extrêmement bien, l’industrie du jeu sur console est encore fragile sur bien des points. L’arrivée de la PS4 et de la Xbox One est donc bienvenue, mais ne devrait pas changer la donne. En effet, les analystes ne prévoient pas une explosion des ventes avec cette nouvelle génération.

Interrogé par le Wall Street Journal, le grand cabinet d’audit Price Waterhouse Coopers (PWC) estime que la progression du marché du jeu vidéo sera de 4,2 % sur cette année 2013.

Le cabinet d'audit PWC se montre sceptique sur l'avenir du jeu console.

Le cabinet d’audit PWC se montre sceptique sur l’avenir du jeu console.

Il est évident qu’avec la sortie de nouvelles consoles en fin d’année, l’argent dépensé dans la current-gen soit moins important. Pourtant, le cabinet d’audit affirme que les nouvelles machines, mêmes implantées dans l’esprit des consommateurs, ne devraient faire progresser le marché que de 6,2% pour l’année 2014. Cela représente quand même 27,62 milliards de dollars de chiffre d’affaires contre 25,89 milliards pour l’année fiscale 2013.

Des chiffres en constante augmentation, me direz-vous ! Oui, mais bien moindre qu’en 2007, année de la sortie des consoles actuelles, qui avait permis une progression incroyable de 28 % des ventes de jeux vidéo. D’autant plus que tout le monde ne profitera pas de cette (légère) augmentation. PWC estime que la vente de jeux sur Internet continuera d’augmenter au détriment des revendeurs traditionnels.

Des boutiques prises en tenaille, puisqu’elles ne peuvent pas concurrencer les prix du net, et que la vente dématérialisée représente une part de plus en plus importante du marché.
Michael Yatsko, un conseiller en stratégie chez PWC indique « que les magasins doivent ajouter une vision dématérialisée attractive à leur offre générale ».

Les magasins traditionnels sont frappés de plein fouet par la vente sur Internet.

Les magasins traditionnels sont frappés de plein fouet par la vente sur Internet.

Car si la vente dématérialisée n’a pas ébranlé cette génération de joueurs console, le nombre de PCistes à avoir franchi le pas est immense. Le succès colossal de plateforme comme Steam le prouve, et les consoles ne devraient pas tarder à adopter une vision similaire. Les consoles ne sont pas condamnées pour autant, mais l’idée d’investir des millions de dollars sur des projets longs, et destinés à une console ou deux (si tant est que le jeu plaise !) n’attire plus les développeurs.

L’amélioration des plateformes mobiles comme les smartphones et les tablettes a ouvert une brèche très lucrative : la possibilité de faire des titres peu coûteux, pouvant dans certains cas se vendre à des millions d’exemplaires, grâce à des prix attractifs.

C’est simple, ce marché (ouvert en 2008 avec IOS) représente aujourd’hui 9.94 milliards de dollars, et devraient peser 14,4 milliards en 2017. Le mot de la fin revient à Michael Yatsko :

« Le jeu vidéo est en pleine croissance, et ce marché va continuer d’augmenter à des taux exceptionnels comparés aux autres catégories de divertissement. »

Une déclaration qui devrait rassurer les gamers, mais pas sur toutes les plateformes confondues !