Ketchapp2

Matt Akins, c’est ce développeur malheureux dont je vous avais parlé il y a quelques jours. Après avoir créé un Pong circulaire (Rotable) et après l’avoir envoyé sur le service de proposition de l’éditeur Ketchapp (2048, Don’t Touch The Spikes), son jeu a essuyé un refus. Quelques jours plus tard, le jeu apparaissait sur l’App Store, légèrement modifié, sous un autre label, celui d’App Cow, et sous un autre nom : Circle Pong!. Le développeur a pointé les indices qui laissent sérieusement penser qu’App Cow était tout simplement une sorte de filiale déguisée de Ketchapp.

La manœuvre n’est pas très classe, mais le fait que ces jeux se basent sur des concepts extrêmement simples de game design ne permettent pas d’écarter complètement la possibilité de la simple coïncidence. Ketchapp met évidemment cela en avant pour se défendre. Alors, Akins a décidé d’y aller par la force des grands nombres en sortant plus d’exemples de jeux « volés » dans un nouveau billet.

Que ce soit avec Zig Zag Boom devenu Zig Zag, Tap Right Up devenu Dot Up! chez App Cow puis Jelly Jump chez Ketchapp, The Line devenu Stay In The Line, Bouncy Ninja devenu Don’t Touch The Spikes ou Game about Squares devenu Push the Squares, Akins essaye de démontrer que Ketchapp vole ou copie régulièrement des jeux préexistants sur l’App Store.

Il essaye de démontrer que dans certains cas, l’éditeur utilise la même méthode que pour Rotable. C’est-à-dire le remplacement d’une application par une autre dans le but de falsifier la date de publication sur le store. Dans d’autres cas, il s’agira d’une extrême réactivité pour sortir des clones en quelques jours.

Toutefois, certains développeurs « pillés » y voient un certain intérêt. Par exemple, les créateurs de Zig Zag Boom, qui après s’être fait voler le jeu de la même manière qu’Akins, ont décidé de laisser couler et de publier leur propre application. Résultat, ils se sont retrouvés deuxièmes des résultats et ont bénéficié indirectement du succès de Zig Zag, la copie de Ketchapp.

Akins, lui, ne compte pas laisser couler et en veut encore beaucoup à Ketchapp. Il appelle désormais les réseaux sociaux à diffuser le hashtag #BanKetchapp afin d’attirer l’attention d’Apple sur ces pratiques et les inciter à réformer l’App Store.

Et ce dernier point, pour le coup, on ne peut qu’approuver tant il y a des failles dans le système. Tant pour le bien des développeurs que de celui de l’App Store, d’ailleurs.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction