Frostpunk

Après le sombre This War of Mine, qui mettait en avant la vie des civils en temps de guerre, 11 bit studio s’attaque au genre très populaire du survival avec Frostpunk.

Pas question cependant de réaliser un jeu se contentant d’exploiter des mécaniques désormais bien connues des joueurs : les développeurs entendent proposer une expérience différente en mettant l’accent sur la prise de décision et l’émotion plutôt que la gestion et l’optimisation de ressources. Comme son nom le laisse penser, Frostpunk prend place dans un univers où la seule défense contre le gel est une nouvelle technologie née du moteur à vapeur. Le tout reste pour l’instant assez mystérieux, le bref teaser ci-dessous mettant l’ambiance du jeu en avant plutôt que son histoire ou son gameplay.

Ne rien épargner au joueur

Michal Drozdowski, le directeur créatif du jeu, précise tout de même que le jeu suivra la voie ouverte par This War of Mine et n’épargnera rien au joueur :

Il s’agit d’un jeu très sérieux, créé pour une audience mûre. Nous allons encore plus loin qu’avec This War of Mine, même si nous ne montrerons pas les choses de la même manière. Il s’agit toujours d’examiner la nature humaine au microscope afin de découvrir de quoi les gens sont capables pour rester en vie.

Si la beauté du texte accompagnant la vidéo vous parle, sachez qu’il s’agit d’un extrait du poème Now winter nights enlarge, écrit par Thomas Campion durant la Renaissance. En voici la version complète :

Now winter nights enlarge
The number of their hours;
And clouds their storms discharge
Upon the airy towers.
Let now the chimneys blaze
And cups o’erflow with wine,
Let well-turned words amaze
With harmony divine.
Now yellow waxen lights
Shall wait on honey love
While youthful revels, masques, and courtly sights
Sleep’s leaden spells remove.

This time doth well dispense
With lovers’ long discourse;
Much speech hath some defense,
Though beauty no remorse.
All do not all things well;
Some measures comely tread,
Some knotted riddles tell,
Some poems smoothly read.
The summer hath his joys,
And winter his delights;
Though love and all his pleasures are but toys,
They shorten tedious nights.

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction