Le stand Ubisoft de la gamescom 2016 à Cologne

Le stand Ubisoft de la gamescom 2016 à Cologne

Les Guillemots sont en ordre de bataille et le font savoir dans un communiqué de presse partagé par Games Industry. Soucieux de ne pas voir le sort de Gameloft arriver à Ubisoft, la fratrie a utilisé les services d’une banque pour rapatrier une partie des actions de l’entreprise.

Et c’est un gros morceau de l’entreprise qui a été rapatriée : 4 millions de parts on été ainsi sécurisés par la famille ce qui représente environ 3,5 % du capital d’Ubisoft. En ajoutant les 9 % que les Guillemot possédaient déjà cet été, ils atteignent ainsi les 12,5 %.

L’ombre de Vivendi plane toujours

Une bouffée d’air frais pour Ubisoft qui continue de démontrer son hostilité envers un éventuel rachat par Vivendi qui louche sur l’éditeur depuis bientôt un an. Après de nombreuses participations dans les parts d’Ubisoft depuis octobre dernier, l’entreprise a encore augmenté ses parts en juillet dernier pour atteindre les 20,1 %. Encore avant cela, Vivendi a réclamé une représentation au conseil d’administration en adéquation avec ses parts dans l’éditeur.

En mai dernier, l’entreprise contrôlée par Vincent Bolloré avait lancé une OPA fructueuse sur Gameloft, l’entreprise jumelle d’Ubisoft plus orienté vers le développement mobile. Ce rachat brutal a forcé Michel Guillemot, un des membres de la fratrie, à quitter son poste de PDG de l’entreprise dont il était pourtant fondateur pour rejoindre et renforcer Ubisoft.

Le feuilleton est encore loin d’être terminé et bien malin est celui qui sera capable de prédire l’issue de ce bras de fer financier.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction